Mot du président

Chers lecteurs et chères lectrices,

La République Démocratique du Congo est-elle vraiment condamnée au déclin politique, ou même à sa disparition programmée ? Voilà une question qui depuis des années n’arrête de perturber la quiétude de mon âme. Je pense qu’il n’y a rien de plus terrible que l’immense tragédie que vit le peuple congolais depuis plus de deux décennies, avec son lot de souffrance et de tristesse. Cette tragédie se nomme : la crise des Grands lacs.

Cette crise dont le monde connaît à présent la genèse, les protagonistes et les ressorts essentiels influence directement le cours des évènements politiques en RDC. Certes des avancées ont été réalisées sur le plan de la politique intérieure grâce à la volonté du peuple congolais et à l’impulsion de la communauté internationale. Mais au-delà des espérances et de l’action de la Mission des Nations Unies au Congo (MONUSCO), la crise perdure. Elle empêche les Congolais d’exercer pleinement leur souveraineté et de prendre en mains leur destin national. Mais les Congolais dans leur grande majorité ne désespèrent pas.

Les ressorts de la crise des Grands lacs s’érodent progressivement. Et les Congolais, toujours plus nombreux, affirment de plus en plus dans leur détermination à y mettre un terme définitif, à instaurer une paix régionale durable, à retrouver une véritable stabilité politique intérieure fondée sur des institutions légitimes, et à rétablir pour longtemps la prospérité économique et le bien-être social en RDC. Nous sommes aujourd’hui à un tournant décisif de l’histoire de la RDC et l’UNIR MN, qui a toujours veillé à ne jamais s’égarer dans les chemins de traverse, entend bien jouer à cet égard un rôle déterminant. Notre parti s’y prépare de longue date avec constance, persévérance et détermination.

En 2000, j’ai en effet entrepris dans cette perspective un grand chantier de réflexion qui devait baliser l'action de notre parti et éclairer les filles et les fils du Congo-Zaïre, les partenaires internationaux et les observateurs sur les choix politiques sur lesquels repose notre engagement. Cette entreprise a aboutit en juillet 2001 à la publication de notre projet de société : "Congo-Zaïre - Refaire la République - Mission sacrée d'une génération " En mars 2002, nous avons élaboré et soumis à la communauté internationale un véritable " plan d'action " pour sortir de la crise des Grands lacs dans un document intitulé "Agenda 2002 pour la paix dans la Région des Grands lacs, la restauration de l'intégrité territoriale et le rétablissement de la République au congo-Zaïre ".

Dans le même temps, nous nous sommes discrètement engagés dans de nombreuses démarches visant à promouvoir la cause du peuple congolais auprès des grandes instances internationales et des principales chancelleries africaines et occidentales. Ce faisant l'UNIR M.N. a progressivement réussi à gagner la confiance des partenaires incontournables et à influencer directement la politique internationale en RDC. Son domaine d’expertise bénéficie d’une grande crédibilité.

Avec constance, à travers nos réflexions prospectives, nos analyses politiques et notre expertise technique, nous avons en effet toujours été soucieux de nous assurer que les filles et fils du Congo-Zaïre ainsi que les observateurs de la crise congolaise fassent reposer leur analyse sur des éléments susceptibles d'éviter une grave altération de leur jugement. C'est dans cette perspective qu'avait été conçu "Congo-Zaïre - Notre Cause - Le message et les ambitions d'une juste cause", publié dès janvier 2003. Car en ces moments difficiles où les armes, la misère et la division continuaient de détruire à travers le pays tout ce qui nous est cher, il me semblait vital de réveiller la conscience patriotique et citoyenne de filles et fils du Congo-Zaïre profondément atteints dans leur moral et en proie à la crise identitaire la plus grave de leur histoire souveraine, afin d'initier avec une prudente confiance une vraie démarche réconciliatrice entre toutes les forces vives de la Nation. Fort de l'enregistrement officiel dont bénéficie l'UNIR MN, nous avons gagné progressivement la dimension qui devait nous permettre de présenter nos projets comme une alternative crédible et réaliste pour l'avenir de notre pays.

Mettre un terme définitif à la crise des Grands lacs, concevoir et porter le projet d’un avenir commun aux peuples de la région des Grands lacs et de l’Afrique centrale et Reconstruire ensemble la République du Congo-Zaïre, voilà bien les objectifs de la véritable mission sacrée que nous nous sommes toujours fixée.

La contribution de l’UNIR MN s’est à cet égard enrichie de nouvelles réflexions et de deux nouveaux ouvrages dans lesquelles nous avons actualisé et affiné d’avantage notre stratégie politique et sécuritaire pour réussir la reconstruction de la RDC et rétablir de la paix dans la région des Grands lacs. Il s’agit d’abord de "Au nom du Congo –Zaïre" publié en 2011 et "De la fin de crise des Grands lacs… a la nouvelle Alliance intime République démocratique du Congo, Rwanda, Ouganda, Burundi, Tanzanie, Soudan du Sud " publié en 2014.

Nous pensons que ces propositions dont je vous invite à prendre connaissance dans ce site nous aideront à aborder avec réalisme et réussir avec succès le tournant décisif que s’apprête à vivre la RDC dans les mois à venir. Nous n’avons à cet égard pas le droit à l’erreur !

Si vous êtes convaincus du bien fondé de notre démarche, je vous invite à nous rejoindre en nous renvoyant un formulaire d'adhésion. Et si les travaux et autres propositions présentés ci-après appellent de votre part certaines observations, n'hésitez pas à nous contacter car elles ne manqueront pas d'enrichir notre réflexion politique.

Plus vous serez nombreux à adhérer à l'UNIR M.N., plus nous gagnerons en légitimité politique. Mon souhait est qu'au final nous rendions ensemble au Congo-Zaïre sa grandeur et que le pays retrouve à travers l’égrégore son unité et sa cohésion.

Frédéric BOYENGA BOFALA
Président de l'UNIR MN