Mise en garde

Les principaux thèmes développés dans ce site font l'objet de deux ouvrages que nous avons publiés chez PUBLISUD en juillet 2001 ("Congo-Zaïre - Refaire la République - Mission sacrée d'une génération ") et en janvier 2003 ("Congo-Zaïre - Notre Cause - Le message et les ambitions d'une juste cause"). Ce dernier ouvrage approfondissant entre autres les points saillants qui sont développés dans notre "Agenda 2002 pour la paix dans la Région des Grands lacs, la restauration de l'intégrité territoriale et le rétablissement de la République au Congo-Zaïre" (mars 2002).

Au travers des analyses, des réflexions et des propositions que contiennent ces documents, l'ultime objectif que nous poursuivons est de conduire avec prudence mais résolution notre patrie Congo-Zaïre vers son émancipation démocratique. Celle au terme de laquelle les filles et les fils du pays, réconciliés et unis dans le sentiment d'une commune destinée, se doteront enfin d'un Etat jailli de leur nature intime, capable de sauvegarder la souveraineté nationale. Un Etat pacifié disposé à lier avec les autres peuples de la Région, non pas des rapports fragiles et superficiels, mais des liens profonds et organiques qui seuls permettront à la nation de se perpétuer à travers les temps. Cette véritable " démarche émancipatrice " prend sa source au coeur des prémices de l'histoire de la Nation souveraine et loin des rêveries utopiques, tire sa fortune du réveil d'instincts ataviques dont les filles et les fils du Congo-Zaïre n'ont peut-être pas eux-mêmes mesuré toute la profondeur.

Vraisemblablement soucieuse de la réussite du processus d'émancipation démocratique au Congo-Zaïre, la Communauté internationale, dans sa quête légitime de solutions pacifiques pour résoudre la crise qui déchire notre pays, a, à notre grande satisfaction, rencontré à plusieurs reprises la démarche pragmatique contenue dans les propositions que nous lui avions soumise en ce sens. Mais en dépit de cela, à ce jour, la paix et la sécurité internationale dans la Région des Grands lacs continuent d'être menacées, et les risques de guerre civile au Congo-Zaïre sont réels. Sous pareils auspices, l'émancipation démocratique du Congo-Zaïre, dans les voies et moyens actuels, relève d'avantage de la gageure - avec son cortège d'erreurs, et de fautes manifestes, d'expérimentations hasardeuses et autres précipitations inconsidérées - que du fabuleux projet politique complet, programmé et crédible (Accord global) dont on nous a tant serin, le dogmatisme, menace à l'appui !

L'action de la communauté internationale souffre sans doute comme par le passé, dans les soubresauts de la crise de l'indépendance, d'un manque apparent de perception de certaines réalités congolaises. Mais l'absence criante d'un Etat crédible, capable de canaliser et d'orienter l'intense énergie déployée par l'ensemble des partenaires historiques du Congo-Zaïre pour accompagner et soutenir la transition, n'est pas de nature à corriger cet accueil.

En effet l'attitude adoptée par les principaux animateurs des institutions de la transition, incapables d'honorer leurs engagements et en proie à d'incessantes et sournoises querelles, est symptomatique de leur incapacité de régler les conflits et de porter le processus d'émancipation démocratique sur de solides fonds baptismaux. C'est ce qui explique certainement la débauche de démagogie et de populisme à laquelle nous assistons en ces temps où l'histoire attend plutôt des hommes responsables une pédagogie constructive du civisme.

La Résolution 1468 du 21 mars 2003 énonçant des mesures sur la lutte contre l'impunité en RDC, la normalisation de la situation dans l'Est du pays, et le retrait des troupes étrangères, votée par le Conseil de sécurité des Nations Unies, doit tous nous confirmer dans l'idée que la résolution du conflit qui divise les Congolais ne peut que provenir d'un pouvoir neutre, c'est à dire d'un pouvoir extérieur ou étranger aux multiples protagonistes concernés par les différentes négociations et accords de paix intervenus depuis 1999 mais réunissant autour de lui tous les acteurs politiques du pays réconciliés et rassemblés sans distinction de tendances politiques et culturelles autour d'un véritable projet de pacte républicain pour reconstruire le Congo-Zaïre avec l'aide efficace de ses partenaires historiques. Telle est la mission sacrées que s'assigne l'UNIR MN.

Olivier MESKENS NTAMBU KUFUANGA
Secrétaire Général de l'UNIR MN, chargé de la Diplomatie et des Affaires étrangères